CAREP

Centre Académique de Ressources pour l'éducation prioritaire
  Accueil > Apprendre > La formation continue > Les cafés de l’éducation prioritaire > Lydie Heurdier, invitée des Cafés de l’EP, session #4 : L’éducation (...)

Lydie Heurdier, invitée des Cafés de l’EP, session #4 : L’éducation prioritaire au prisme des enjeux actuels

15 / 03 / 2024 | Olpha JAZIRI-SKHIRI

Le jeudi 14 mars, de 11h à 12h, Lydie Heurdier, historienne de l’éducation, est intervenue dans « les cafés de l’éducation prioritaire », pour revenir sur les quarante années révolues de cette politique éducative initiée en 1981 par Alain Savary. Elle a apporté un éclairage précieux sur l’histoire de l’éducation prioritaire, de ses prémices à aujourd’hui, et sur les enjeux et les défis à relever à l’avenir.

Pour (ré)écouter l’emission, vous pouvez télécharger le podcast ici.

Historienne de l’éducation, et co-auteure d’un numéro spécial dédié aux 40 ans de l’éducation prioritaire dans la revue "Histoire de l’éducation", elle est revenue dans un premier temps sur le contexte de mise en place de cette politique éducative et sur la dénomination même du terme « éducation prioritaire ». Dans une perspective d’égalité des chances, Alain Savary, en 1981, avait souhaité donner plus de moyens aux territoires où l’environnement socio-économique ne permettait pas à la majorité des élèves de dépasser leurs difficultés scolaires. Le cadre fixé par cette politique est encore d’actualité aujourd’hui comme en témoignent la concentration de moyens que cette politique éducative appelle. Cependant l’application des directives ministérielles restent encore trop dépendantes des velléités des acteurs institutionnels et territoriaux. A ce titre, elle a expliqué à quel point les choix des correspondants académiques pour l’éducation prioritaire, ou encore l’investissement des IEN sur le terrain pouvaient infléchir, dans un sens comme dans l’autre, les actions sur le terrain. Mais à plus grande échelle, d’un point de vue systémique, il y a un jeu d’acteurs qui interfère sensiblement sur les dynamiques impulsées.
Cependant, Lydie Heurdier rappelle que cette politique éducative n’était pas prévue sur une durée très longue, pour éviter de marginaliser encore plus, d’un point de vue institutionnel, les territoires relevant de cette politique éducative. La mise en place de l’éducation prioritaire devait, au contraire, inspirer des actions visant à favoriser la mixité dans les établissements scolaires ancrés dans ces territoires. Selon Lydie Heurdier, pour renforcer l’attractivité de ces territoires auprès des jeunes professeurs mais aussi auprès de leurs collègues chevronnés, il s’agit de développer un panel étendu de dispositifs de valorisation des actions. Cette valorisation doit d’abord se faire à de multiples échelles, à l’échelle de l’espace public, des médias, ou encore du milieu institutionnel. Elle peut aussi s’appuyer sur une diffusion plus étendue des actions menées dans les réseaux d’éducation prioritaire, car, contrairement aux idées reçues, travailler en éducation prioritaire est un choix professionnel pour de nombreux personnels. Enfin, pour soutenir cet effort autour de l’attractivité, il faudrait, selon l’historienne, favoriser l’insertion de nouvelles pratiques pédagogiques ou encore en procéder à des recrutements ciblés de professeurs sur des postes spécifiques.
Dans un deuxième temps, l’entretien a porté sur les acteurs et les instances de l’éducation prioritaire pour dresser des constats et proposer des améliorations au niveau des pratiques. Revenant sur les effets de la carte scolaire, elle a proposé de nombreux exemples, pris sur l’ensemble du territoire, pour montrer qu’il existe déjà des solutions pour redynamiser la mixité sociale des établissements désertés par certains élèves au profit des établissements privés sous contrat notamment. Les pistes de désenclavement sont nombreuses ; qu’il s’agisse de construire des nouveaux établissements en dehors des cités ou de desservir des quartiers enclavés par le biais de moyens de transport supplémentaires, toutes ces solutions montrent qu’il est possible, en passant par des choix de politique territoriale notamment, d’introduire plus de mixité ou plus d’ouverture culturelle au sein de ces quartiers relevant de l’éducation prioritaire.

D’ailleurs, cette imbrication des politiques éducatives et des politiques territoriales, forme un maillage au sein des réseaux, un maillage qui, selon Lydie Heurdier est plus que nécessaire car aujourd’hui, force est de constater que l’idée d’une prise en charge globale des problématiques scolaires, incluant de multiples partenaires extérieurs, s’est imposée. Prenant en compte les données sociologiques, mouvantes selon les flux migratoires dans ces territoires notamment, l’éducation prioritaire doit s’appuyer, encore plus aujourd’hui, sur la coéducation pour contribuer à la réussite de tous les élèves. Car la question de la maîtrise des apprentissages doit rester, selon l’historienne, au cœur des esprits et doit même servir de « boussole » dans le cadre de la gestion des projets éducatifs.

Enfin, l’entretien s’est achevé sur une mise en perspective des défis qui attendent l’éducation prioritaire. Parmi tous ces défis, celui de l’inclusion, présenté d’ailleurs dansla recommandation n°19 du dernier rapport 1524, dit « Chudeau-Carel », de la 16ème législature, en date du 12 juillet 2023. Lydie Heurdier revient, à ce sujet, sur l’importance de la dimension sanitaire dans la prise en charge des réseaux d’éducation prioritaire. La question de l’hygiène dentaire ou alimentaire a été, par exemple, l’un des points importants en matière d’éducation à la santé, en Seine Saint-Denis notamment. Les médecins scolaires, les infirmières participent d’ailleurs à des conseils de zone pour partager autour de problématiques de santé publiques rencontrés sur leurs territoires. L’inclusion des élèves handicapés reste un défi à relever, selon Lydie Heurdier, tant l’adaptation aux contraintes médicales peut aussi parfois compromettre la continuité pédagogique de ces élèves à besoins particuliers.
Enfin, dans un contexte où les écarts continuent à se creuser, où une réflexion, nécessaire, sur les rythmes scolaires permettrait de trouver une solution face à la déperdition conséquente des heures de cours dédiés aux apprentissages. Lydie Heurdier propose un ensemble de leviers, efficaces selon elle, pour rendre les politiques éducatives d’éducation prioritaires encore plus opérantes. L’accompagnement des pilotes, inspecteurs, personnels de direction, doit être consolidé, de la même façon que les groupes de réflexion sur la pédagogie, tels que le CRAP, le GFEN, pour citer quelques exemples, pourraient aussi davantage s’inscrire dans une forme de « compagnonnage » auprès des professeurs exerçant en éducation prioritaire. Enfin, la notion de « confiance » doit être reprise à toutes les échelles, tant au niveau des équipes pédagogiques qu’au niveau des personnels d’encadrement, et ce pour le bien-être de l’ensemble des acteurs s’investissant dans les réseaux d’éducation prioritaire.

Nous remercions vivement Lydie Heurdier pour sa disponibilité. Passionnée et passionnante, elle nous a ouvert de nombreuses perspectives.

Pour aller plus loin dans la réflexion, vous pouvez également consulter

Sous la direction de Lydie Heurdier, vous y retrouverez entre autres :
Xavier Riondet.Dans les coulisses d’une "ZEP", par delà les discours : le cas du Haut-du-Lièvre (Nancy) de 1982 à 2002
Catherine Dorison. Pratiques pédagogiques en zone prioritaire : quel pilotage local ? L’exemple de deux villes du Val-d’Oise (1982-2005)

 

Twitter

Directeur de publication :
Aurélie HUILLERY-PERRIN
Secrétaire de rédaction :
Cécile Valencia

Sites Favoris

- OZP - Observatoire des Zones Prioritaires

L’association « Observatoire des Zones Prioritaires » (OZP), créée en 1990, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion sur l’éducation prioritaire et plus largement sur la lutte contre l’échec scolaire et l’exclusion dans les territoires de la politique de la Ville.

Centre Alain Savary - Education prioritaire - ifé

Le centre de recherche Alain Savary sur l’éducation prioritaire fait partie de l’institut français de l’éducation, composante de l’ENS de Lyon.

Éducation prioritaire

Le site de référence sur les problématiques de l’éducation prioritaire.

La nouvelle éducation prioritaire - La refondation de l’éducation prioritaire - Éduscol

Rubrique dédiée à la refondation de l’éducation prioritaire sur le site "Eduscol"